Une réussite pour l’Oktober Folk Fest!

On l’attendait depuis un petit bout cette semaine-là, n’est-ce pas? Tout a commencé en début septembre quand je suis tombé sur l’affiche du Sous-Bois qui disait « Cet automne, c’est le festival! », accompagnée d’artistes tous plus excellents les uns que les autres juste en dessous. Dans ceux-ci figuraient les très honorables Bernard Adamus, Canailles ainsi que Bad Uncle. Les 3 y étaient pour le même événement, l’Oktober Folk Fest où bières, saucisses, choucroute et bonne musique sont au rendez-vous.

J’espérais fort revoir Adamus en show après avoir assisté à son spectacle dans le sous-sol d’église au Festif de Baie-Saint-Paul cet été. CE moment, où même les ventilateurs industriels de plus de 6 pieds de hauteur ne fournissaient même pas assez pour empêcher la sueur de coller sur ton front. Bref, la soirée du mercredi 22 octobre était plus tranquille et la sueur, moins présente, mais diffusait quelque chose de tout aussi intéressant au niveau musical. Premièrement je ne pensais jamais participer à un show sold out un mercredi en automne à Chicoutimi dans un bar comme le Sous-Bois. C’est une chose assez rare d’autant plus que le coordonnateur culturel, Martin Girard (alias Moe), a réussi un 2 en 2 avec le jeudi d’après qui était lui aussi sold out avec la même formule. Deuzio, on a pu assister à un show fraîchement sorti du four. Sans blague, le projet a pris une tournure de Smooth et Free Jazz, en ne délaissant pas totalement le folk, ce qui m’a agréablement surpris : un tout autre univers nous est offert, après à peine 3-4 mois d’intervalles. Je pourrais m’étaler le temps d’un article complet là-dessus parce qu’honnêtement, j’ai vraiment accroché sur le nouveau stock. Il n’est pas devenu une icône musicale pour rien et gageons que bon nombre d’artistes emboîteront le pas encore une fois. Je m’étais fait à l’idée de ne jamais revoir la tête d’affiche de sitôt à ce prix là dans un espace contenant seulement une centaine de personnes, dû à son succès grandissant. Il faut croire que je m’étais trompé.Bernard Adamus

Le tout se finit ce soir avec nul autre que Canailles qui est de passage avec la tournée de l’album Rond-Point. La dernière fois qu’ils ont descendu dans le parc remonte à il y a de ça un an presque jour pour jour.

Il ne reste qu’à espérer que le festival reviendra l’an prochain!

Alexandre Bédard

De la sauge plein la tête avec Sweet Grass

Sweet grass« Y’a l’herbe que le vent du Nord fait danser sur les berges du Lac-Saint-Jean, y’a celle qu’on s’amuse à faire crier entre nos pouces pour faire rire les flots et y’a celle qu’on fait brûler pour chasser le grand Manitou. Aussi, y’a celle qu’on écoute si on tend bien l’oreille, c’est la musique folk de Sweet Grass, qui pousse là où il fait beau. », telle est la devise du groupe originaire de Chicoutimi! Après à peine 2 ans d’existence, une autre devise s’est installée au sein du groupe Folk : « on vit le rêve ». La jeune formation continue de rester généreuse envers son public, qui lui est très cher.

Après l’apparition de leur E.P. incluant la fameuse tune Mayo, Sweet Grass a sauté sur une promotion de la Coop montréalaise Coup de Griffe afin de nous surprendre furtivement avec la sortie de 2 nouvelles chansons, Aéroport et les moustiques. Le combo ou « petite douceur en cadeau », comme nous décrit avec humour Johannie Tremblay, l’une des membres fondatrices du groupe, a été mis en ligne jeudi dernier en échange d’une simple contribution volontaire. Deux compositions comportant de ces arrangements hors du commun qui nous rappellent ce pour quoi le groupe reste le band Folk à surveiller le plus ces temps-ci! Des airs qui me transportent et me donnent énormément de nostalgie. Je les écoute au moment d’écrire ces lignes et j’aimerais leur dire à quel point j’admire ce qu’ils font, alors je profite de votre lecture! Si vous pensez que le Folk se résume aux célèbres Bernard Adamus et Lisa Leblanc, prenez quelques minutes pour écouter le bandcamp de Sweet Grass et vous y découvrirez un univers différent, mais tout aussi fascinant!

La formation a performé jeudi dernier à la coop autogérée Touski avec Faudrait Faire la Vaisselle en première partie où approximativement quatre-vingts personnes se sont réunies. « Ce fût un show intime et acoustique » nous raconte Johannie Tremblay. À la question « Avez-vous d’autres spectacles prévus à Montréal où dans votre région d’origine qu’est le Saguenay? », elle me répondit qu’un seul pour l’instant est confirmé, le 31 décembre à l’Auberge de Jeunesse de Tadoussac. Les membres ont assurément l’intention de sortir un album complet et ils y travaillent, mais ne se donnent pas de date encore.

Tu veux les encourager? Le meilleur moyen si tu viens d’un endroit comme « Guibouguimou », est d’acheter leurs démos par internet. Si tu as la chance de les voir en spectacle, tu peux leur acheter en version physique!
Tu veux les suivre? Clique ici tout simplement!

— Alexandre Bédard

Grand Tintamarre
Grand Tintamarre, crédit photo: Nicolas Fontaine
Folk Sale
Folk Sale, crédit photo: Jean-Martin Gagnon