Une réussite pour l’Oktober Folk Fest!

On l’attendait depuis un petit bout cette semaine-là, n’est-ce pas? Tout a commencé en début septembre quand je suis tombé sur l’affiche du Sous-Bois qui disait « Cet automne, c’est le festival! », accompagnée d’artistes tous plus excellents les uns que les autres juste en dessous. Dans ceux-ci figuraient les très honorables Bernard Adamus, Canailles ainsi que Bad Uncle. Les 3 y étaient pour le même événement, l’Oktober Folk Fest où bières, saucisses, choucroute et bonne musique sont au rendez-vous.

J’espérais fort revoir Adamus en show après avoir assisté à son spectacle dans le sous-sol d’église au Festif de Baie-Saint-Paul cet été. CE moment, où même les ventilateurs industriels de plus de 6 pieds de hauteur ne fournissaient même pas assez pour empêcher la sueur de coller sur ton front. Bref, la soirée du mercredi 22 octobre était plus tranquille et la sueur, moins présente, mais diffusait quelque chose de tout aussi intéressant au niveau musical. Premièrement je ne pensais jamais participer à un show sold out un mercredi en automne à Chicoutimi dans un bar comme le Sous-Bois. C’est une chose assez rare d’autant plus que le coordonnateur culturel, Martin Girard (alias Moe), a réussi un 2 en 2 avec le jeudi d’après qui était lui aussi sold out avec la même formule. Deuzio, on a pu assister à un show fraîchement sorti du four. Sans blague, le projet a pris une tournure de Smooth et Free Jazz, en ne délaissant pas totalement le folk, ce qui m’a agréablement surpris : un tout autre univers nous est offert, après à peine 3-4 mois d’intervalles. Je pourrais m’étaler le temps d’un article complet là-dessus parce qu’honnêtement, j’ai vraiment accroché sur le nouveau stock. Il n’est pas devenu une icône musicale pour rien et gageons que bon nombre d’artistes emboîteront le pas encore une fois. Je m’étais fait à l’idée de ne jamais revoir la tête d’affiche de sitôt à ce prix là dans un espace contenant seulement une centaine de personnes, dû à son succès grandissant. Il faut croire que je m’étais trompé.Bernard Adamus

Le tout se finit ce soir avec nul autre que Canailles qui est de passage avec la tournée de l’album Rond-Point. La dernière fois qu’ils ont descendu dans le parc remonte à il y a de ça un an presque jour pour jour.

Il ne reste qu’à espérer que le festival reviendra l’an prochain!

Alexandre Bédard

Faudrait Faire La Vaisselle sort son premier album

Je ne dois surement pas être le seul qui a déjà pensé tout sacrer là, partir quelque part sur la Terre dans une tribu qui vit sans Internet et sans GoPro. Je ne dois surement pas être le seul non plus à avoir attendu le premier album de Faudrait Faire La Vaisselle qui sera lancé au Quai des Brumes ce soir, en?

Crédit: Jean-Martin Gagnon
Crédit : Jean-Martin Gagnon

FFLV est ce band qui, entre deux lignes de banjo, t’invite cordialement à lâcher ta job, lâcher l’école et te divorcer; à tout décrisser pour mieux reconstruire… ou pas. C’est ce band qui jouait pour la première fois au Grand Tintamarre à Tadoussac en 2014 sous le nom de Gabstutoé pi Davechose et qui nous faisais bien de l’effet avec leur énergie.

Ça leur aura pris l’espace d’un peu plus d’une année avant de nous pondre quelque chose sur support physique/numérique, mais vous le verrez par vous même quand vous aurez votre copie, votre patience aura valu le coût. L’album surgit juste au bon moment avec l’automne amorcé et l’hiver qui se montre le bout du nez. Celui-ci se marie plus que bien avec ces saisons grâce aux accompagnements de violoncelle que j’ai adorés entre autres, nous plongeant dans une mélancolie.

Le band m’a agréablement surpris avec la qualité sonore de l’album. Quand j’entends « Premier album folk », j’ai un peu moins d’attentes, disons le sans rancune. Je m’attendais à quelque chose de plus broche à foin, mais je me suis vite ravisé. Pour du monde qui n’ont pas la prétention d’avoir de l’argent, du moins, ils/elles ont un bon entourage, parce que le produit livré est de qualité pour un premier jet. Avec 14 compositions, ça va être ton sirop contre la grippe!

Crédit : Jean-Martin Gagnon

Comme toute chose n’est pas parfaite, un seul truc m’a rendu triste. Il est très dur de discerner les paroles de Dave. C’est dommage, car les textes et arrangements sont au poste. Malgré tout, certains d’entre vous trouveront peut-être quelque chose de poétique dans son jargon du Lac (j’t’aime pareil bro xoxo).

Au final, tout ce que je dis ne vaut rien si tu ne l’écoutes pas, c’est comme le Chat de Schrödinger. Et ça ne va te coûter que 10 $ pour savoir s’il est mort dans ses excréments ou non. Je trouve que c’est un bon deal, perso. Pis si tu travailles le soir de leur lancement, tu sais quoi faire.

Alexandre Bédard